Publications

SOMMAIRE

Nicolas Nahum est l’auteur d’une série d’articles sur la ville et l’architecture, publiés dans les quotidiens LE FIGARO, LE MONDE et les revues ESPRIT et URBANISME. Leur point commun, contribuer à faire évoluer la perception de l’urbanisme de manière à donner une place centrale aux questions de règlementation, de procédure et de gouvernement. La ville procède de l’action des hommes, il est vain de chercher à agir directement sur elle sans interroger nos mœurs politiques.


  • TROIS PRINCIPES POUR RECONSTRUIRE LE LOGEMENT SOCIAL

    Paru dans la revue Esprit – Journal – janvier 2012

    La question du logement social ne peut être débattue en faisant abstraction du contexte politique et économique
dans lequel elle se pose. Ces trente dernières années, les politiques sociales ont été financées par la dette. Pour les années à venir, on ne sait pas comment elles le seront. Il faut désormais beaucoup d’optimisme pour croire que les perspectives économiques vont s’améliorer à court ou moyen terme. A fortiori, les nouveaux crédits réclamés pour
affronter la crise du logement ne seront pas trouvés. C’est dans ce cadre étroit qu’il nous faut penser le
renouveau du logement social. L’heure est au redéploiement des moyens publics. Des approches alternatives
doivent s’imposer.

    Agir sur le foncier


    Le prix du logement se décompose en trois postes principaux : le prix du foncier, celui de la construction et celui des matériaux. Il est possible d’agir sur les trois leviers. Le foncier tout d’abord. Nous avons besoin de susciter de nouvelles opérations immobilières. Or, les pouvoirs publics peuvent, par des modifications réglementaires, dégager de nouvelles opportunités. Cependant, on sait, grâce à l’économiste Vincent Renard, que la valeur d’un terrain se calcule en procédant à partir de sa capacité constructive, en déduisant ensuite les divers coûts d’opération. Il découle de ceci qu’à chaque fois que l’on augmente le droit à construire d’un terrain, la plus value latente est aussitôt captée par ses propriétaires. La préemption foncière qui permettait de contourner l’obstacle est très onéreuse, et n’est plus à notre portée. Tout alors est à inventer. On peut par exemple attacher pour chaque parcelle un droit à construire additionnel dédié au seul logement social. Un promoteur privé qui aura rentabilisé son opération sur la construction de logements destinés au marché libre construira une part supplémentaire de logements à destination des populations moins aisées, mais le prix de revient de ces appartements sera exempté du poids de la charge foncière. Suivant que les opérations soient destinées à la revente ou à la location, le partenariat avec les offices HLM permettrait de maximiser l’efficacité de l’action sociale en l’exonérant de tout ou partie de la charge foncière. La location et la gestion des appartements sociaux sont alors éventuellement laissées à la charge des offices HLM.

    Le poids des procédures

    Le prix de la construction peut aussi être réduit. Quand on analyse la production du logement social ramené au mètre carré construit, on ne peut que s’étonner des disparités sur le territoire. Ainsi, en 2007, le prix de revient du mètre carré construit était de 2 700 euros en région parisienne soit près de 1 000 euros de plus que la moyenne nationale1. Suivant un simple principe d’équité et de justice, il est inadmissible que certaines opérations captent les moyens publics à un ratio double ou triple des autres. D’où l’idée de mettre en évidence cet indice et de lui imposer un plafonnement. On ne produira plus de logement social au delà du seuil fixé. Que faire alors des opérations trop chères ? Depuis trente ans, on fait subir au logement social le poids de politiques qui ne sont pas directement de son ressort. Ainsi, on exige que celui-ci soit exemplaire tant sur le plan de l’accueil des handicapés que sur celui des politiques de soutien à l’industrie écologique naissante. Lorsque la construction d’une opération est à ce prix, il faut savoir composer avec certaines exigences secondaires au profit de l’essentiel. Par exemple, à propos de l’isolation thermique, est-il nécessaire d’imposer de lourdes dépenses techniques pour évaluer les rendements des logements en termes d’isolation, alors que des simples prescriptions décrivant les épaisseurs d’isolant, le mode de chauffage de l’eau ou la qualité des vitrages obtiendraient des résultats notoires avec des coûts d’investissement réduits ? Plus généralement, il est manifeste que des économies pourront se faire en réduisant la part administrative induite dans l’acte de construire.
Concernant les coûts de matériaux, il est difficile de faire baisser leur prix de revient. En revanche, on doit faire attention à leurs origines. Si l’action de construire permet le maintien d’une activité économique nationale à partir des deniers publics, elle ne doit pas contribuer à augmenter notre déficit commercial. Le logement social se doit donc d’être performant sur ce critère, en favorisant l’emploi de matériaux locaux. Doit-on pour cela privilégier l’usage des tuiles et de la brique sur le cuivre ou le zinc ?

    Changer les mentalités


    La redéfinition de la politique du logement social se trouve au seuil d’un remaniement complet auquel nous n’échapperons pas. Cela prendra du temps, car les mentalités sont lentes à évoluer. Nous sommes habitués à raisonner dans un cadre ancien qui n’existe plus. Comme si rien n’avait changé, les associations caritatives les plus actives en France, qu’elles s’occupent du secours aux plus démunis ou de l’aide aux handicapés, ne semblent pas être prêtes à accepter les implications de cette réalité nouvelle et continuent à réclamer plus de subsides de la part de l’État. A leur niveau actuel, les budgets sociaux ne parviennent pas à remplir leurs missions de manière satisfaisante. Ils n’ont pas empêché la crise du logement. Il est inutile de réclamer plus de crédits. Il faut travailler à une meilleure rentabilité de ceux-ci. Le temps que nous mettrons à redéployer notre action sera un facteur déterminant dans la résolution de la crise qui s’annonce. En ceci, la politique du logement peut être exemplaire.

    1. Voir la brochure Produire le logement social à quel prix ?, publiée en 2008 par le Réseau des acteurs de l’habitat.

  • QUELS CHOIX POUR LE GRAND PARIS

    Paru dans la revue Esprit  – section controverse- aout-septembre 2009

    Depuis prés De cinquante ans, les hommes politiques font périodiquement le même constat : « la situation de la ville n’est plus acceptable ». La simple répétition de cette antienne, au profit de principes changeants au gré des modes, suffit à nous rendre méfiants. Une entame plus critique me semble préférable. Oui, faire travailler des architectes et des urbanistes sur le concept de grand Paris est une bonne et riche idée. Non, prétendre que ces spécialistes peuvent proposer des axes de travail sans passer par la case  « gouvernance » est un non-sens. L’urbanisme sans la gouvernance, cela n’existe pas ! Oui la préoccupation écologique est légitime et pleine de promesse. Non, le concept de développement durable tel qu’il se présente à nous n’est pas la panacée : il est si totalement consensuel qu’il balaye toute pensée critique. Oui la ville doit changer, parce que ne pas évoluer c’est mourir. Non, il n’y a pas de compréhension clairement établie ni du pourquoi, ni du comment engager les transformations.

    1) Hier

    La question urbaine a en ceci de particulier que la politique y est étroitement mêlée à chaque décision, même la plus anodine. S’il faut réfléchir aux modalités d’une intervention de l’Etat sur les territoires urbain, le précédent que constitue la création du  justement nommé quartier de la Défense nous donne une démonstration convaincante de la difficulté du sujet. Ce bout de ville constitue à lui seul un concentré des défauts de l’urbanisation française de son temps.  Il présente une conception de tours sur dalles similaire tout comme la tour Montparnasse et le quartier de Beau Grenelle à Paris, si décriés aujourd’hui. On y a fait table rase du passé. On s’est imposé par pure idéologie la réalisation de kilomètres carrés de parkings, inutilisés et inutilisables, qui accroissent considérablement les coûts de construction et mettent le rez-de-chaussée du quartier à l’équivalent d’une hauteur d’immeuble par rapport aux villes avoisinantes avec pour résultat, une complète autarcie par rapport à ce qui l’entoure. Sur les dalles ainsi formées, on s’est plu à imposer au piéton la traversée d’espaces publics hors de proportions et balayés par les vents. Le bilan économique de l’opération doit aussi être tempéré. Le développement du quartier ne fonctionne que dans les périodes de croissance ; dès que l’économie s’essouffle, l’EPAD vacille.

    Les zélateurs objecteront que ce modèle a su rassembler sur son territoire un pôle de richesse impressionnant. Les nombreuses pièces d’art qui ornent le site et quelques improbables feuillus, disposés là pour atténuer les nuisances du lieu, parviennent même à nous faire trouver l’endroit agréable, pour peu qu’on n’y séjourne par beau temps et pas trop longtemps. Certes, il advient que l’observateur se laisse séduire par l’aspect improbable des lieux, un peu comme le touriste qui visiterait le Bucarest de Ceaucescu ou la cathédrale de Yamoussoucro. D’une certaine façon, c’est l’inhumanité de la Défense qui en constitue la principale qualité. Seules la démesure et la démonstration de puissance font oublier l’inanité des principes mis en œuvre. En revanche, il n’y a nulle fatalité à ce que la grandeur et l’ambition collective doivent s’exprimer par l’écrasement de la personne. Le bien-être et la qualité de vie en offriraient un autre visage.

    Il n’est pas difficile de croire que le déficit de légitimité de l’Epad qui ne tenait son pouvoir que d’une délégation et non pas du suffrage des électeurs est la cause de l’autarcie du quartier par rapport aux municipalités voisines. On peut aussi faire l’hypothèse que cette institution trop forte et trop lourde privait ses dirigeants de leur libre arbitre ce qui les prédisposait à se précipiter dans les idéologies du temps, en l’espèce, le culte de la voiture, en produisant un dédale de parkings souterrains. Quoi qu’il en soit, il n’est pas contestable qu’avec ses tours et ses douves, cet Etablissement Public, émanation du pouvoir de l’Etat, n’a fait que reproduire dans les formes de la ville, l’image de sa position institutionnelle : celle d’une place forte assiégée au milieu des municipalités expropriée d’une part de leur territoire.

    De ce phénomène, on peut trouver des exemples à toutes les périodes de l’histoire. Le paysage administratif s’incarne à tel point dans les formes construites qu’il serait vain de prétendre maîtriser l’un sans l’autre. Pour demain, il faudra rêver autre chose et surtout penser autrement.

    2) Aujourd’hui

    La question du Grand Paris est désormais posée. Qu’y voit-on ? Un ensemble hétéroclite de réflexions sur les valeurs et de propositions pragmatiques portées par les urbanistes, les chercheurs et les architectes, un assemblage confus[1], inutilisable en l’état, duquel semblent émerger comme d’un chapeau magique, les lignes budgétaires et les projets fortement soutenus par les politiques, sans qu’ aucun lien n’existe en réalité entre cet embryon de recherche (un an c’est bien peu) et les décisions politiques.  La genèse de ces dernières, les programmes et justifications ne sont pas portés sur la place publique. Tout se passe comme si aucune logique compréhensible par tous, n’était plus possible entre la pensée et l’action, entre les besoins et les projets, entre les mots et les images, soit que l’ignorance du public autorise la marge d’action du politique, soit plus probablement – et ce n’est pas mieux – que l’on ait en effet renoncé pour soi-même à comprendre la complexité de la ville.

    Prenons un exemple : les usager du RER savent bien que certaines lignes du réseau sont mal entretenues, que les rames sont bondées et ne respectent pas les horaires, que les trains restent bloqués pendant des heures. Les politiques s’appuient sur ce constat pour proposer et justifier la création de lignes nouvelles à grand renfort de milliards. Ici un tramway autour de Paris, ailleurs des lignes souterraines reliant les aéroports à Saclay et à la Défense.  Quel rapport entre ces équipements nouveaux et la déshérence des réseaux de transports public ? Aucun. La vraie réponse devrait être une bonne gestion financière et technique des services existants pour que ceux-ci fonctionnent mieux.

    Ainsi, le non-dit est le véritable architecte de nos villes. Hier, il s’agissait  de limiter la puissance des grandes villes pour imposer l’Etat. Aujourd’hui, quel est-il ? Faute d’explications, on ne peut que risquer des hypothèses : pour la Présidence, la modernisation et l’accélération des liaisons internationales vers les pôles tertiaires aurait pour objectif d’attirer davantage d’investisseurs et d’investissements. Pour la ville de Paris, l’objectif réel serait surtout mesurable en termes d’image, le travail sur la limite étant forcément porteur de valeur symbolique. Ces raisonnements politiques sont-il fondés ? Nul ne pourra en être certain si les débats sont confisqués, si ces questions ne sont pas publiquement débattues, si l’on ne peut mettre en balance les surcoûts des investissements consentis avec la pénurie récurrente dont auront à souffrir les usagers des transports en commun, simplement parce que l’argent sera parti ailleurs.

    L’urbanisme sans  la gouvernance, cela n’existe pas. Les architectes du grand Paris le disent aussi, quand ils demandent que soient assouplies les réglementations. Deux arguments forts vont dans leur sens : 1° l’assouplissement des règles peut  permettre une activité économique nouvelle, celle par exemple du propriétaire qui se voit autorisé à agrandir son pavillon. 2° La densification de la ville qui en résulte, semble aussi présenter un avantage en terme de déplacements- des trajets  plus courts engendrant des  une économie d’énergie et une moindre pollution. N’est-il pas paradoxal que les architectes ne nous proposent rien de mieux que la libéralisation de la ville moment même où la crise économique met en question le libéralisme ?

    Que faut-il en penser ? Toute forme de libéralisme n’est pas acceptable, mais certaines sont souhaitables, si l’on ne veut pas succomber sous le poids exponentiel des règlements qui s’imposent à nous. Il faut donc travailler pour résoudre ces contradictions. Mais si l’on donne crédit à ceux qui avancent sur ce terrain avec dogmatisme, que ce soit dans le sens du libéralisme ou de l’antilibéralisme, alors la politique ne peut plus être qu’une brutale alternance de mouvements browniens : un coup à droite, un coup à gauche, une confrontation de pouvoirs, où la pensée n’est que l’instrument de la victoire. Dans cette opposition stérile,  l’urbanisme n’a plus sa place,  ni comme science ni comme art, mais seulement comme histoire des erreurs et vicissitudes des hommes. Traité par des esprits sectaires, le grand Paris serait promis dans cinquante ans aux mêmes regards de commisération qu’attirent aujourd’hui les grands ensembles ou les villes nouvelles.

    3) Demain ?

    Les idéologies font croire que la vérité d’un instant est la vérité de toujours. Avant guerre, Paris bénéficiait d’un réseau de tramway. Le triomphe de l’automobile les a chassés. Aujourd’hui on assiste à l’excès inverse et l’on s’apprête à sacrifier le réseau viaire avec la même désinvolture. L’urbanisme est tout entier affaire de gouvernance. Quand on entend ce mot, on pense aux institutions, lois décrets procédures. J’y vois aussi autre chose de plus essentiel. La gouvernance, cela doit être le moyen de s’assurer que les décisions prises sont les meilleures possibles.  Si l’urbanisme peut exister en tant qu’art ou que science, alors il faut croire en la puissance de la pensée, non seulement comme outil descriptif du réel, mais aussi comme outil opératif : méthode pour piloter les changements, engager des expérimentations, se ménager la possibilité de retours en arrière, de découvertes. Pour qu’une telle science se mette en place, il faudrait à tout le moins que l’on sache mettre en rapport les paroles et les actes. Soixante-cinq années d’expérience en urbanisme depuis la guerre n’ont fait que présenter une dichotomie constante entre les discours et les réalisations. A cet égard, j’invite chacun à visionner des actualités télévisuelle conservées par l’INA[2], offrant un catalogue de syllogismes jubilatoires et accablants. Si les médias, et à travers eux, le sens commun, ne sont pas à même de saisir les enjeux réels qui sont à l’œuvre, de les mettre en question, de les confronter aux images, alors quelle chance avons-nous de guider notre action ? Comment ne pas mettre en regard l’incapacité à structurer clairement les décisions de politique urbaine et les résultats contestables auxquels elles ont donné lieu.

    Les villes du passé témoignent que dans des époques moins techniquement avancées, une forme d’harmonie était possible. Dans notre environnement complexe,  il faut croire en la possibilité d’un urbanisme contemporain compréhensible par tous. Il faut exiger des raisonnements rigoureux, des analyses précises des besoins, articulées à des expérimentations, soumises à l’évaluation et à la critique. Comme l’a rappelé récemment le Président de la République, « la ville la plus durable est certainement la ville la plus adaptable ». On ajoutera que la ville adaptable ne peut que procéder d’une gouvernance adaptable. Pour ceux qui pensent qu’une telle proposition est utopique, que le politique a besoin d’autorité et même d’autoritarisme pour parvenir à ses fins,  j’invite à garder en mémoire la démarche très novatrice qui fut celle de Paul Chemetov pour la célébration du nouveau millénaire : Il s’agissait pour mémoire de créer une méridienne verte dont le principe supposait l’adhésion des élus et des institutions locales, chacun étant libre de planter des arbres le long de la ligne méridienne, au travers du territoire national. Certes, le projet ainsi réalisé est discontinu, mais là sans doute réside sa force. Nulle nécessité dans la France d’aujourd’hui d’imposer par le haut des projets pharaoniques. La gouvernance par adhésion des collectivités locales constitue une piste plus solide pour préparer l’avenir.

    On ajoutera que de nombreuses villes de France ont déjà donné l’exemple. Face à la difficulté de l’urbanisme parisien, nos hommes politiques ont un choix à opérer : pour faire simple, entre le dirigisme et la ductilité. D’un coté, on peut choisir de reproduire des interventions radicales du type Euralille où l’action politique  au terme d’un effort soutenu, accouche d’une esplanade commerciale déshumanisée, qui marchera cahin-caha comme La Défense sans que jamais les habitants et usagers n’y trouvent leur compte. D’un autre coté, on pourra s’inspirer de l’Ile de  Nantes, illustration d’une démarche lente, attentive, réflexive, mobile, transparente, qui conduit à un résultat plus difficile à saisir, mais autrement plus durable, riche et surprenant.

    Que l’on considère maintenant les propositions des dix équipes[3] qui ont concouru pour le grand Paris et qu’on y applique cette nouvelle grille de lecture, on peut alors clairement faire le tri entre celles qui procèdent de la première famille, le dirigisme, et celles qui s’apparentent à la seconde, la ductilité. Dans la lignée de Rem Koolhaas, MVRDV est tout entier dans le dirigisme, dans la réaffirmation d’un étatisme pur et dur, et l’outrance de la forme ne sert ici qu’à réinventer la figure de l’architecte démiurge. A l’opposé, on trouve l’ensemble des autres équipes, avec des démarches tâtonnantes, précautionneuses, comme celle de l’agence Grumbach dont les propositions visent à donner plus d’importance à la géographie, ou celle du Groupe Descartes dont la volonté vise en permanence à valoriser ce qui existe. Enfin, Christian de Portzamparc développe une réflexion historique sur la ville, mais, faute de savoir achever dans un temps si court ses propositions, conclue abruptement sur l’idée des commutateurs métropolitains, bâtiments/ville dont on a pas voulu masquer la démesure, et qui semblent reconduire les principes d’Euralille.

    Dans l’ensemble, les architectes, chercheurs et urbanistes ont considéré que les grands réseaux demeuraient le terrain privilégié de l’action d’Etat. Seul le Groupe Descartes a osé proposer une optimisation des réseaux existants plutôt que d’onéreuses créations. Pour le reste,  exception faite de MVRDV, ils ont plébiscité une démarche prudente, urbanisme lent, réfléchi. Le seul reproche que l’on peut leur faire est de n’avoir pas exploré plus avant les questions de gouvernance et en particulier, les principe opérationnels d’une expérimentation active[4]. S’il faut inventer un modèle de ce qu’un esprit français peut apporter au nouveau siècle, c’est certainement dans cette direction qu’il faudra chercher.

    par Nicolas NAHUM architecte

    [1]  Les précédents numéros d’Esprit nous ont aidés à y voir plus clair

    [2] Voir la conférence « Les médias et le Grand Paris » organisé dans le cadre du cycle Médias et architecture.
    [3] Voir AMC le grand pari(s), consultation internationale sur l’avenir de la métropole parisienne, le moniteur architecture 2009, 258p
    [4] J’ai moi-même proposé la candidature d’une équipe travaillant sur ces sujets avec Thierry Roze architecte urbaniste et le cabinet d’avocats international Ernst and Young.

  • CRISE URBAINE OU CRISE SOCIALE?

    Article paru dans la rubrique DEBATS du journal LE MONDE daté du 31 janvier 1998

    Nous sommes témoins, depuis peu, d’un glissement sémantique : ce qui était naguère appelé « crise sociale » se dit désormais « crise urbaine », les violences sociales sont des violences urbaines et la politique de la ville tient lieu de politique sociale. Il semble important de comprendre cette dérive si l’on désire s’attaquer aux causes des désordres plutôt qu’aux conséquences. Dans un article paru le 13 janvier dans les colonnes du Monde (« Vivre mieux dans la ville »), Martine Aubry s’appuie sur un réquisitoire contre la cité moderne pour exposer les idées qui doivent orienter la politique de la ville. Elle assimile la forme des quartiers aux désordres qu’ils abritent, allant jusqu’à leur attribuer une capacité d’intégration sociale qu’ils auraient aujourd’hui perdue. Conférer un tel pouvoir à la morphologie des villes, c’est oublier qu’elles sont aussi le résultat des actions de leurs habitants.

    Si les quartiers en difficultés sont perçus par les politiques comme « un concentré de tous les maux« , ils n’en sont pas pour autant la cause. C’est bien la crise économique et le chômage qui ont suscité le regroupement des populations fragiles et non l’inverse. La crise sociale se loge ou elle peut, là dans les locaux de l’Ecole Normale Supérieure, ailleurs dans quelques cités confinées dans les banlieues, dans les centre-ville  désaffectés, dans des favelas, des ghettos ou des squats.

    Me Aubry annonce l’intention courageuse s’utiliser la construction des nouveaux équipements comme moteur de la transformation de la ville. Si utile soit-elle, cette proposition ne palliera pas à elle seule les déficiences de la promotion sociale. L’amalgame entre crise sociale et crise urbaine ne peut pas rassurer les populations en mal d’avenir.

    D’ailleurs, Mme la ministre ne nous dit pas comment l’aménagement des villes serait susceptible de concilier la sécurité avec la mixité qu’elle appelle de ses vœux. La contrainte sécuritaire pousse les habitants de la  périphérie urbaine à se réfugier dans l’isolement relatif des quartiers résidentiels rétifs au brassage social. A l’extrême, nulle part on ne se sent plus en sécurité que dans une caserne ou un hôpital. L’isolement entretient la peur et donne l’illusion de la sécurité.

    L’analyse de Martine Aubry repose sur un cri de désamour pour la ville mais le diagnostic sur les raisons de l’échec supposé de la cité moderne est absent. C’est que celle-ci recouvre une quantité de situations différentes qui se prêtent mal aux généralisations. Elle met aux prises les principaux acteurs du monde contemporain, pouvoirs publics, investisseurs, entreprises, professionnels et habitants. En cela, elle fournit un modèle utile à l’analyse et à l’action politiques. Seule une réflexion sur les mécanismes du pouvoir  permettrait d’agir sur la ville autrement  que par réaction a posteriori aux erreurs précédentes.

    La politique de la ville, surtout depuis la mise en place de la décentralisation, est devenue très largement la responsabilité des collectivités locales et de leurs services. Chacun sera sensible, spécialement en temps de crise, à la façon dont elles exercent leurs prérogatives. Or ni la question de la formation des maires, ni celle de l’importance croissante des administrations n’est vraiment posée. Ce qui constituerait la ville de droit commun, l’urbanisme ordinaire n’est pas pris en compte.

    Ne voit-on pas que c’est justement une interprétation trop spécifiquement sociale de l’urbanisme qui a conduit à l’édification des quartiers que Martine Aubry honnit aujourd’hui ? De même, ne voit-on pas qu’une approche trop exclusivement  technique  conduit à faire approuver des infrastructures sur le seul motif de leur nécessité, alors que les modalité compensatoires d’intégration sont inexistantes ou mal pensées ? Les amoureux de la vile, ceux qui s’inquiètent de la frilosité de nos concitoyens, s’interrogeront sur nos archaïsmes et se demanderont par exemple,  pourquoi un maire peut choisir pour d’autres l’architecture la plus univoque, comment un conseil général peut imposer le passage d’infrastructures les plus contestables et, dans le même temps, pourquoi un simple particulier ne peut donner libre cours à ses envies pour la réalisation d’un pavillon que pourtant, il habitera.

    La République, c’est la substitution à traves la représentation et la délégation des prérogatives mais pour quel dessein ? Il ne peut s’agir d’appliquer à la ville de demain le désir de la ville d’hier. Puisqu’elle procède d’un grand nombre de volontés et de besoins antagonistes, la ville met à l’épreuve les acteurs et leurs capacité de juger. Il s’agit d’arbitrer pour définir les besoins, pour orienter les marchés et libérer les actions individuelles. Tous s’accorderont à reconnaître que ce n’est la ni la vocation naturelle d’une administration, ni la prérogative exclusive d’un élu qui s’arroge de ce seul fait l’intégralité de la décision.

    Seule une application inspirée de la démocratie participative peut rendre aux habitants de nos villes un intérêt apaisé, une confiance attentive et un désir partagé, touts composantes nécessaires pour que dans ce creuset s’élabore une ville qui nous soit aimable.

  • UN RSA POUR LA VILLE : VERS UN URBANISME DE LA DUCTILITÉ

    Paru dans la rubrique AGORA de la revue URBANISME n°365 – Mars/Avril 2009

    Posons la question urbaine dans le bon sens : seul un pays doté d’institutions modernes et performantes pourra enfanter une ville qui lui ressemble. La priorité n’est pas de proposer arbitrairement une forme pour la ville, car celle-ci s’inventera d’elle-même sur le modèle de la matrice qui la génèrera. Il est en revanche urgent d’adapter notre administration, nos institutions, nos règlementations, nos procédures en fonction des objectifs économiques, culturels et politiques que nous souhaitons atteindre. Essayons d’en dessiner ici les contours.

    Sans prétendre à l’exhaustivité, cinq enjeux décisifs doivent retenir notre attention : la réactivité, la simplicité, la légalité, l’expérimentation et la gestion des connaissances. La réactivité implique une capacité à réagir rapidement à un changement brusque de notre environnement : coût de l’énergie, déplacement des bassins d’emploi, etc. La simplicité du système règlementaire permet aux investisseurs de reposer sur des modèles prévisionnels fiables. C’est donc un impératif économique. Le maintien de la ville comme espace de la démocratie doit être assuré et contrôlé par la légalité des procédures. Enfin, on insistera jamais assez sur l’importance de l’expérimentation quand il s’agit de définir une politique dans un environnement  complexe et mobile. Elle constitue la seule voie qui permette la constitution d’un savoir nouveau adapté à notre époque. Elle nécessite a minima la création d’un organisme transversal, où se rencontrent les différents interlocuteurs au niveau local et national, à même de proposer des innovations, de les mettre à l’épreuve de la réalité, mais aussi de gérer les connaissances acquises, c’est-à-dire de les diffuser, d’en faire le bilan, d’en conserver la mémoire.

    La gouvernance est donc au cœur de la question urbaine, et cette constatation suffirait à décourager les bonnes volontés. Domaine réservé de la haute administration, elle apparaît impossible à réformer du fait des résistances et les lourdeurs inhérentes au monde politique. Pourtant, à y regarder de près, le revenu de Solidarité active promu par Martin Hirsch répond aux cinq cibles que nous avons pointées. Institué par la loi du 1er décembre 2008, le RSA bouscule les habitudes en matière de politique sociale et propose une refonte générale des systèmes en vigueur.  On s’interrogeait depuis quelque temps sur le fonctionnement des aides sociales qui stigmatisent les assistés et les maintiennent dans un état de dépendance à l’écart du monde du travail. Les dispositions nouvelles permettent d’appréhender cette difficulté à travers la mise en place d’une réglementation qui efface les effets de seuils inhérents à chaque système en leur substituant un système global. Ce dernier  répond à l’objectif affirmé de simplification et le RSA remplace à lui seul le revenu minimum d’insertion, l’allocation de parent isolé et les différents mécanismes d’intéressement à la reprise d’activité. Le Haut commissariat aux Solidarités actives contre la pauvreté est une administration transversale ad hoc qui, sous la responsabilité de l’État et des départements, organise la coordination et l’implication des acteurs du champ de l’insertion, des entreprises aux partenaires sociaux. Il rend compte annuellement de son action auprès du Parlement afin que les bilans de ses actions soient connus et partagés, et que se développe un savoir-faire nouveau.  Après la réforme, le demandeur d’emploi ne devra plus redouter de perte de pouvoir d’achat au moment où il réintègre le monde du travail. On peut donc ajouter une caractéristique supplémentaire à ce dispositif ; il permet d’investir intelligemment dans l’action sociale, en assurant à terme une meilleure rentabilité du système. La question posée est donc la suivante : à quand une refonte des politiques urbaines pour assurer le traitement solidaire de notre espace commun ? À quand un  RSA pour la ville ?

    À l’occasion de la consultation pour le Grand Paris organisée à l’initiative du Président de la République en 2008, notre équipe pour une « réglementation active » /1, fortement structurée pour mener une réflexion sur droit de l’urbanisme, a proposé la mise en place de procédures expérimentales dans le cadre d’un dispositif mobile. Il s’agissait en particulier d’appliquer une telle démarche au territoire de la banlieue, en incitant à des opérations concrètes par la modulation règlementaire. Ce n’était là qu’une première tentative. L’évolution de notre environnement administratif est à la fois le préalable et le moteur qui conduira nos villes à engager les transformations rendues urgentes pour affronter les difficultés sociales et économiques qui s’annoncent.

    Note
    1/ Équipe « réglementation active » : mandataire Nicolas Nahum, architecte,  Thierry Roze architecte urbaniste,  société d’avocats internationale Ernst and Young.

  • DES TOURS À PARIS, C’EST POSSIBLE MAIS…

    Article paru dans la rubrique DEBATS du FIGARO daté du mardi 8 janvier 2008

    Une capitale qui veut rayonner internationalement ne peut se figer dans ses murs anciens, dans une posture rigoureusement passéiste. Ces dernières décennies, Paris a pu s’étendre en récupérant les friches industrielles, ou ferroviaires, mais les terrains disponibles tendent à s’épuiser. Aujourd’hui le centre est doublement bloqué : par ses limites extérieures, matérialisées par le boulevard périphérique, par ses règles intérieures qui délimitent les constructions en hauteur et en densité. Dans ce contexte, développer des tours le long des périphériques peut sembler une idée séduisante puisqu’elle autorise de nouveaux projets urbains en évitant de modifier la géographie administrative et politique qui   sépare Paris de sa banlieue, tout en préservant le statu quo qui s’applique au centre de Paris. On doit pourtant s’interroger : alors que les bâtiments de grande hauteur avaient été bannies du paysage parisien, et que de nouveaux projets sont initiés par le Maire de Paris, qu’est-ce qui permet de croire que nous saurons faire mieux cette fois, que pour les tours du XIII arrondissement, celles du Front de Seine du XV ème arrdt, ou la tour Montparnasse ?

    Les tours modernes, si pertinentes quand on les découvre à New York, à Berlin et à Tokyo, dérangent le paysage parisien. A Manhattan, l’alignement de la rue reste identique quel que soit la hauteur de l’édifice qui la borde. Au pied de la légendaire Chrysler Building, par exemple, il faut lever le regard pour prendre conscience du gabarit de l’immeuble. De la même manière, dans la City de Londres, la magnifique Gherkin Building construit par Sir Norman Foster, vient s’ouvrir sur le trottoir de la rue, comme un simple immeuble Londonien. Chez nous, un esprit de système associé à une réglementation souveraine, conduisent à édifier nos buildings sur des dalles de parking ou au milieu d’aires engazonnées, mais jamais en bord de rue, de plain-pied avec elle.

    Le quartier de la Défense constitue un concentré de tous ces défauts, et son succès se fait au prix de sa complète autarcie par rapport à ce qui l’entoure (qui l’en tour ?). On y a fait table rase du passé. On s’est imposé la réalisation de kilomètres carrés de parkings, inutilisés et inutilisables, qui augmentent considérablement les coûts de construction et mettent le rez-de-chaussée de la ville à l’équivalent d’une hauteur d’immeuble par rapport aux villes avoisinantes. Comme son nom l’indique, on a constitué la Défense en place forte, avec ses donjons et ses douves. Qui donc se sentait ici assiégé? L’Etablissement Pour l’Aménagement de la Défense, émanation munificente de l’Etat central, qui venait exproprier de leurs terrains, les collectivités locales avoisinantes, se plaisait à leur imposer la toute puissance de ses espaces publics balayés par les vents. De nombreuses pièces d’art et quelques improbables feuillus, disposés là pour atténuer les nuisances du lieu, parviennent encore aujourd’hui à nous faire trouver l’endroit agréable, dès lors qu’on n’y séjourne par beau temps, et pas trop longtemps. C’est le même tropisme qui peut conduire tout aménageur à réaliser son opération de manière autonome, pour mieux s’extraire de l’environnement et en maîtriser le déroulement. Et c’est ainsi que furent construits, mais avec beaucoup moins de moyens, les ensembles HLM tellement critiqués aujourd’hui.

    Certes, une tour construite au troisième millénaire n’aura pas le même aspect que ses devancières. Il suffit d’ouvrir les journaux pour mesurer l’impact de la mode et des techniques, qui, conjugués, remodèlent le visage de l’architecture. Images empruntes de démesure, comme savent si bien le faire les architectes, mais en guise de réflexion, on ressort le vieux discours de Le Corbusier sur la ville dégagée et ensoleillée, discours qui a produit au mieux le parvis de la Défense, et au pire, des barres, des tours, des dalles, des esplanades. La raison de cette impasse : L’implantation souhaitable des bâtiments hauts le long des rues se heurte au principe premier de l’urbanisme français, le prospect, c’est à dire la règle qui impose devant chaque façade, un vide proportionnel à sa hauteur. Plus un édifice est élevé, plus il requiert d’espaces non construits à sa périphérie. Ainsi, un bâtiment placé à l’alignement de la rue doit sensiblement correspondre en hauteur, à la largeur de la voie qu’il borde. C’est pourquoi, on peut vérifier le particularisme français qui veut que la construction des tours s’avère moins rentable que le tissus ancien,  en terme de densité construite et en terme économique!

    Si l’on maintient l’objectif de mettre Paris en mouvement, deux choix sont encore possibles, assorti chacun d’une condition suspensive. Soit le remodelage des circonscriptions pour la création d’un grand Paris – il faudra alors implanter dans les nouveaux arrondissements de la périphérie, les grands projets de développement à venir, de manière à leur conférer l’attrait et l’apparence de la centralité. L’autre choix serait de densifier Paris en hauteur ce qui nécessite de repenser les conditions de conservation du bâti ancien. Aujourd’hui, chacun sait que les administrations du patrimoine sont en position de faire barrage à une telle politique qui les heurterait de front. Le corps de fonctionnaires spécialisé des Architectes des Bâtiments de France (ABF), focalisé sur les seules questions de la conservation du patrimoine, s’interdit aujourd’hui d’intégrer à ses priorités, des considérations hétérogènes novatrices. Ses représentants  sont contraints par statut, d’appliquer à la lettre la politique pour laquelle il sont missionnés, en l’espèce, la conservation. Il sera donc utile, si l’on choisit cette seconde voie, de requalifier la mission des Architectes des Bâtiments de France en Architectes du Patrimoine et de la Création Architecturale.

    Quoi qu’il en soit, la modernisation de notre capitale ne se fera pas, à terme, en faisant l ‘économie d’une refonte complète de notre grille d’analyse, et de choix politiques forts. Peut-être n’y est-on pas encore prêts. Pour l’heure, si la tentative du Maire de Paris fait fi de ces données, elle se soldera par la construction d’une architecture autarcique, hors des rues de la ville. Alors que la politique actuelle de la municipalité vise à réduire le nombre des voitures, il sera assez réjouissant de découvrir ce paysage du Paris moderne, visible seulement depuis l’autoroute périphérique. Encore un château fort, dira-t-on !